Comment déporter commandes et opérateur LSM?

La réponse est simple : avec l’aide d’Apantac. Depuis mai, le constructeur propose une solution facile et économique pour contrôler de manière déportée un serveur vidéo EVS XT-3 avec l’ensemble extender/récepteur EVS-1-E/R-III et un câble CAT 5e/6. L’opérateur et sa surface de contrôle peuvent ainsi être éloignés d’une centaine de mètres du serveur.
Côté logistique, une console VGA, un clavier USB, un écran HDMI et jusqu’à quatre contrôleurs RS-422 et une sortie USB sont tous pris en charge. Les quatre contrôleurs RS-422 peuvent être utilisés pour se connecter au contrôleur LSM, à une tablette, à IPDirector, ainsi qu’à un mélangeur de production EVS DYVI. Enfin, les câbles CAT5/6 peuvent être aisément raccordés pour assigner librement la position de l’opérateur aux serveurs.

DVS : de nouvelles SuperLoupes dans les starting-blocks !

L’Aixoise Digital Vidéo Sud (Euromedia Group) vient d’acquérir chez Magic Hour deux nouvelles bases Phantom Flex 4K 128gb Vision Research. Objectif : compléter son parc de SuperLoupes et répondre à ses marchés internationaux…

L’expression du visage dans l’effort d’un passing-shot, d’un tir au but… Le ballon déformé sous la force de la frappe, une balle de service qui s’aplatit au rebond avant de reprendre sa forme originelle… Et des actions passées au crible comme jamais ! Depuis l’arrivée des premières caméras SlowMo à la fin des années 90 qui saisissaient l’action à 75 i/s, aux dernières SuperLoupes de Digital Vidéo Sud aux 1000 i/s, le ralenti n’a jamais été aussi spectaculaire qu’aujourd’hui.

DVS, de la Loupe à la SuperLoupe…

SuperLoupe en filage avant le match Italie-Suisse à Rome le 16 juin 2021.

Avec pour origine, la vision novatrice d’un homme au regard de la prise de vue, les avancées technologiques et les nouvelles idées narratives de réalisateurs œuvrant sur les grands événements sportifs, toutes ces raisons ont conduit Aram Novoyan à créer DVS en 1997et à s’engager « dans le développement de solutions visant à coller au mieux à ce marché de niche et hautement spécialisé qu’était en train de devenir la prise de vue haute vitesse. » L’entreprise a ainsi initié son offre à travers les caméras de ralenti du marché, notamment les Philips LDK23 proposées par Jean-François Ferriol avant que dernier ne cofonde Magic Hour avec Ralph Chaloub. Et l’idée de caméras encore plus rapides a naturellement suivi pour développer et breveter la technologie de sa SuperLoupe déployée pour la première fois en 2004 sur le Grand Prix de France Automobile.

SuperLoupe MiniGyro RF sur la Champions Cup…

Si DVS est aujourd’hui une référence mondiale de la prise de vue haute et très haute vitesse, c’est qu’elle a su à la fois investir dans ses propres R&D, choisir la meilleure base technologique, mais aussi écouter clients et réalisateurs de direct. Son parc actif à ce jour ? 22 caméras high-speed, dont 8 nouvelles unités UHD+ récemment sorties de ses ateliers !

Une base Vision Research
La technologie des grands capteurs Vision Research au cœur de chaque SuperLoupe est le vade-mecum par excellence des grands événements sportifs. « Un choix qui ne se fit pas sans passer en revue l’état de l’art de la technologie très haute vitesse il y a presque 20 ans, se souvient Aram Novoyan. À cette époque, en 2003, nous avons évalué durant un an tous les acteurs et matériels high-speed qui s’offraient à nousNotamment dans le monde industriel, scientifique et cinéma. Et pour cause, ce type de prise d’image en couleur n’existait pas pour la vidéo broadcast» Ainsi, avec Vision Research, DVS s’est engagé dans un partenariat qui a conduit à mettre au point la SuperLoupe et ses déclinaisons adaptées aux situations les plus inédites.

Vision Research Phantom V641 en calibration chez DVS…

Pour Pierrick Corneau, ingénieur spécialisé high-Speed et expert grands capteurs chez DVS, « chaque base Phantom trouve son application, qu’il s’agisse des Flex 4k, Veo, MIro, V642…. » Ou plus prosaïquement : la SuperLoupe en Sportcam avec des optiques lourdes en HD ou 4K, la RF embarquée à moto, la portable fibre ou RF, la Mini Superloupe très maniable en portable et surtout très costcutter pour les prods. Quant à ses grands capteurs, l’ingénieur justifie : « sur le football, les SuperLoupes sont souvent utilisées sur des actions isolées, en très longue focale avec une très faible profondeur de champ. Il est désormais possible de proposer une écriture nouvelle des ralentis grâce au grand capteur associé à des optiques cinéma. » Une association qui confère une grande profondeur de champ, « renforçant de fait l’aspect dramatique dans la zone de vérité, » complète Guillaume Margon, ingénieur en charge des R&D.

Au service de la narration sportive
Framerate, optiques cinémas, 4K… « Toutes ces innovations sont adaptées à l’évolution de la demande, insiste Aram Novoyan. La technologie évolue naturellement, et vient ensuite la créativité des réalisateurs qui usent de ces outils selon la taille de leur dispositif, mais aussi selon l’écriture qu’ils souhaitent donner à leurs images. Force est de constater qu’ils font avec leur sensibilité : certains privilégient les très gros plans pour magnifier une émotion, la force et la puissance d’un geste ; d’autres travaillent un peu “plus large” et misent sur l’esthétisme et la grâce des athlètes. » 

Quand la SuperLoupe saisit l’instant foot…

Et si ces partis pris artistiques contribuent à demander toujours plus, la technologie et les bonnes idées sont là pour y répondre. « La demande se dirige vers la très haute vitesse, à plus de 1000 i/s, en UHD HDR, en lourd mais aussi à l’aide de petites caméras faciles à embarquer ou à travailler à l’épaule, » constate le patron de DVS. Les frame rates vont crescendo, et dernière chaque nouveau traitement s’inscrit un travail d’ingénierie et de nouvelles applications sur le terrain.

Formation et exigences du direct
Véritable F1 de la prise de vue, la SuperLoupe requiert des OPV pilotes. Si la comparaison peut sembler triviale, il n’est nullement question espérer gérer un tel bolide à la manière d’une « mobilette » pour plans larges, aussi lourde soit-elle. C’est pourquoi DVS est depuis 20 ans agrée Afdas et contribue à former tout un vivier d’opérateurs et ingénieurs spécialisés, au cadre mais aussi pour ses cars dédiés. L’objectif : maîtriser tant les technologies acquises (Sony, EVS, etc.) que les technologies de ralenti propres à DVS, la vision HDR, l’IP… Bref des opérateurs et ingénieurs aguerris à l’exigence du direct et à sa forte pression. Et si ces formations sont une des clefs du succès de l’entreprise, l’investissement, l’innovation, le support h24, la fiabilité des équipements et ses upgrades constants font aussi partie du trousseau de services.

SuperLoupe RF sur le tour de France…

Pour l’heure, faîtes un détour devant votre télé par les stades de l’Euro 2020, ceux de Tokyo pour les JO et sur les routes du Tour de France : les opérateurs et ingénieurs DVS sont là cet été pour proposer aux spectateurs de France, d’Europe et du monde leurs ralentis les plus spectaculaires. À vos postes !

Promise Technology signe PegasusPro

Pour moyenne structure ou freelances collaboratifs aguerris à l’univers Mac, Premiere, DaVinci Resolve ou Final Cut Pro, PegasusPro est pour vous ! Cette solution de stockage DAS et NAS Thunderbolt 3 permet un transfert rapide des données du DAS au NAS et inversement, dans des conditions de transfert transparentes et rapides grâce à une propulsion basée sur des processeurs Intel CoreTM de 8e génération. Ainsi, plusieurs membres d’une équipe peuvent se connecter à PegasusPro sur des productions 4K, voire 8K, et partager simultanément leur travail avec d’autres collaborateurs de l’équipe sur un NAS 10G. Le tout grâce à une interface utilisateur simple et intuitive très « Mac OS ».
Pegasus Pro existe en deux versions R8 et R16. R16 est recommandé pour les équipes de taille moyenne et prend en charge jusqu’à cinq monteurs 4K simultanés et jusqu’à vingt clients NAS. La version R8 conviendra parfaitement aux besoins des freelances…

« Magic TVU Live », l’émission 100% SaaS

La pandémie vous aura sans aucun doute conviés à moult webinaires… Au sortir de la crise sanitaire, Magic Hour et TVU Networks ont donc imaginé un événement live loin des Zooms et Teams aux lumières blafardes illustrés de PowerPoint pour vous présenter toutes les possibilités de productions dans le Cloud qu’offrent les solutions TVU Networks… 

Directs depuis la Sainte Famille de Barcelone et Meudon-Bellevue…

Afin de rendre compte du potentiel des outils TVU Networks en conditions réelles, l’émission s’est déroulée entre Barcelone, Meudon-Bellevue aux portes de Paris et Nogent-sur-Marne dans l’Est parisien en agrégeant trois types de captation image : caméra professionnelle et TVU One à Meudon et plateau de Barcelone, iPhone et application TVU Anywhere devant la cathédrale de la Sainte-Famille, iMac dans l’Est parisien. L’intercom entre les sites fut géré au travers de la solution Partyline. La réalisation fut quant à elle assurée depuis Barcelone à l’aide de TVU Producer, mélangeur et synthé dans le Cloud, pour une diffusion en direct à la fois sur Facebook et YouTube associée à un chat en direct.

Voir Magic TVU Live

 

Calman 2021 doté d’un nouveau moteur d’analyse des couleurs

Portrait Displays vient d’annoncer la sortie de la cuvée 2021 de son logiciel de calibration Calman. Sa grande nouveauté : Aurora Color Engine. « Il utilise la technologie Unity Grayscale pour le contournement des splines neutres 3D lors de l’utilisation d’une LUT 1D et d’une LUT 3D pour le calibrage. Cette nouvelle technologie 3D LUT réduit ou élimine la postérisation et le banding, améliore la formule MatrixLUT pour la calibration, et ajoute des options de grille fixe de 13 pt pour les patchsets, » souligne Portrait Display. Côté fonctionnalités nouvelles : une option d’insertion de motifs, la prise en charge de Calman Ready AutoCal pour les téléviseurs de la série LG 2021, les workflows de travail de calibration des moniteurs HDR Asus, la prise en charge de 1D LUT pour le générateur de cubes Flanders et la possibilité de verrouiller le mode de conception sur les workflows personnalisés. Calman 2021 est disponible au téléchargement avec notes de version incluses pour chaque niveau de licence.

Nouveau moniteur Sony 32 pouces

Sony annonce son nouveau moniteur 32 pouces PVM-X3200 4K-HDR Trimaster. Il vient compléter les modèles PVM-X2400 (24 pouces) et PVM-X1800 (18 pouces) annoncés en début d’année. Au programme, une luminance élevée de 1 000 nits, une profondeur de couleur de 10 bits et la prise en charge les espaces couleur ITU-R BT.2020, ITU-R BT.709, DCI-P3, S-GAMUT3 et S-GAMUT3 Cine.

Côté fonctions complémentaires il propose, le Quad-View, User 3D LUT et des oscilloscopes 4K/HD avec des échelles HDR, de sorte à visualiser la forme d’onde, le vecteurscope et l’indicateur de niveau audio. Les paramètres individuels de l’EOTF (SDR/HDR), de l’espace couleur, de la matrice de transmission, de la température de couleur, du contraste, de la luminosité, de la LUT utilisateur, de SDI/HDMI et de RGB/YCBCR peuvent être affichés simultanément dans quatre zones de l’écran.

Enfin, en plus d’un port HDMI, le PVM-X3200 est 12G/6G/3G/HD-SD-SDI (en entrée et sortie) avec configuration automatique et compte un port Ethernet, une sortie audio et casque et une connexion USB 2.0. Avec une licence optionnelle, il prend en charge la conversion interne de HDR à SDR et de 4K à HD.

Vos commentaires signés TVU Networks

Toujours dans l’esprit de proposer des solutions de production à distance innovantes, TVU Networks ajoute un nouveau maillon à sa chaîne de production 100 % Cloud : les commentaires. Avec TVU Commentator, vous acheminez les commentaires en parfaite synchronisation à l’image, quelle que soit la localisation du speaker, et ce via une connexion Internet publique associée à la technologie TVU. La mise en place et l’utilisation se veulent simples, et du point vue du producteur, véritablement économique. Un unique événement peut ainsi être couvert par plusieurs commentateurs disséminés aux quatre coins du monde.

Il est par ailleurs possible de créer dans l’interface de gestion plusieurs groupes de commentateurs par langue, de les faire communiquer entre eux, mais aussi sortir des flux de commentaires régionalisés en vue d’une diffusion multilingue.

Mises à jour chez Tiger Technology

Utilisateurs de solutions Tiger Technology (Tiger Store Client, Tiger Store Spaces, Tiger Bridge et Storage Bridge), vous avez désormais à votre disposition une mise à jour pour chacune de ses applications, disponible en téléchargement. Outre de nouvelles fonctionnalités, comptez également la prise en charge de Mac OS Sur. Une prise en charge des machines équipée de la puce Apple M1 est prévue dans les prochains développements.

Tiger Spaces 4.6 prend désormais en charge Tiger Bridge sur les partages réseau, l’activation de la licence SaaS, et propose un affichage des espaces de travail en vue grille, un accès aux espaces de travail facilité et la sélection automatique du volume/partage de ces espaces de travail. De son côté, Tiger Bridge 4.1.10 prend désormais en charge les cibles Hitachi HCP et Seagate CortX (stockage de récupération après sinistre). Storage Bridge 1.2 prend quant à lui en charge l’extension Seagate CortX ainsi que plusieurs corrections et améliorations opérationnelles.

En octobre dernier, le constructeur de solutions de stockage SAN annonçait l’introduction de l’IA dans son offre à travers la sortie de Media Bridgeworkflow pour le Cloud entièrement automatisé, lequel permet : la génération automatique de proxy à la détection d’objets, en passant par transcription automatique de parole en texte, la reconnaissance des célébrités, la traduction automatisée…

Ce nouveau workflow Cloud fournit un stockage centralisé aux utilisateurs distants. Combiné avec le verrouillage de fichier global, il permet une prise en charge complète de l’utilisation du gestionnaire de projet de Premiere Pro (Productions) dans des conditions de collaboration à distance.

StorageDNA & workflows collaboratifs à l’heure de la Covid

La crise sanitaire a engendré de profonds changements dans nos manières de travailler. Et les métiers de la postproduction ont dû s’adapter au distantiel en misant sur les technologies pour répondre aux besoins d’une nouvelle normalité. Notamment au travers des softs d’accès à distance, à la virtualisation des environnements de travail et des applications, au Cloud… Mais pas que…

StorageDNA n’a pas dérogé à la règle avec son expérience des technologies de gestion des données. Avec DNAevolution et les systèmes d’archivage LTO, ou DNAsync qui permet la synchronisation de données de serveurs distants. Sans oublier ses softs de reconnaissance des fichiers médias qui excellent à en extraire les métadonnées, accélérant de fait les recherches et les restaurations au sein de flux Avid ou Adobe.

Et StorageDNA créa Fabric…

Toute cette expérience et ces connaissances ont abouti sur DNAfabric, véritable couteau suisse de la gestion des données. Il prend en charge tous les types de stockage et de transfert de données, les synchronisations multisites, la récupération d’un espace de stockage, et la réplication de reprise après sinistre sur disque, mais aussi le Cloud et le WAN. À l’heure du télétravail, toutes les ressources sont donc ainsi disponibles dans l’espace de travail partagé à distance pour les flux créatifs.

Et à ce titre, les équipes de SDNA ont travaillé dur ces derniers mois pour insuffler leur magie de codage et leur connaissance des flux de travail Avid et Adobe dans Fabric et permettre des espaces de travail partagés à distance hors pair.

Le créatif en télétravail

De l’autre côté des coulisses technologiques, ces espaces de travail partagés à distance simulent dans une large mesure un environnement de réseau local, avec des fonctions de partage de projet et de verrouillage. Le modèle est basé sur des chargements/téléchargements vers un proxy dans le Cloud. Les dossiers du projet et des médias sont d’abord synchronisés avec le cache du Cloud, puis avec le stockage local des monteurs distants. On retrouve par ailleurs toutes les sécurités et toute la souplesse du local : modifications, verrouillage, révisions, droits par opérateur, prévisualisation des projets, etc.

Mais les possibilités de flux de travail Cloud hybride que StorageDNA propose désormais ne s’arrêtent pas là. Si DNAfabric est un outil extrêmement polyvalent, il peut également être utilisé en conjonction avec les projets éditoriaux Adobe Premier et Avid Media Composer Cloud. De quoi pérenniser les flux distanciels pour pas mal de temps…

blast-info.fr signe ses premiers live avec TVU Networks

Un nouvel acteur de l’info débarque en trombe sur Internet, blast-info.fr. Une proposition éditoriale portée par Denis Robert dans la tradition de la presse écrite d’investigation associée à une WebTV privilégiant le live, les enquêtes et rendez-vous de fond…

Un nouveau souffle pour l’info

Lancé en avril sous l’impulsion du journaliste d’investigation et documentariste Denis Robert, ancien de Libération et notamment révélateur de l’affaire ClearStream, blast ambitionne de donner un souffle nouveau à l’info. Et la figure de proue de blast de préciser : « avec un positionnement contre l’uniformisation de l’information, en rapportant au public cette info bien cachée auquel nous avons accès, mais que l’ont retrouve nulle part sur les chaînes dédiées à l’actualité. »

Et si Denis Robert clame haut et fort l’indépendance de blast, c’est que le média n’est pas financé par la publicité, mais par ses 9000 abonnés et une levée de fonds participative de 900 000 euros. Et vise en septembre quelque… 18 000 abonnés. Au programme : enquêtes, politique, économie, international, social, environnement, santé, culture… et directs sur les grands événements. Le décors est planté : blast se veut « au service des citoyens et de l’intérêt général ».

Le live, plus-value éditoriale

Si le pure player généraliste compte un site chapeau, sa « base-arrière », garant de son indépendance vis-à-vis des plateformes, www.blast-info.fr, il s’appuie également sur la puissance de relais que sont les réseaux sociaux et sa chaîne YouTube à l’instar d’autres pure players médias.

Outre une grille en pleine montée en charge sur des sujets fact checkés, didactiques et documentés, et l’arrivée de plumes aguerries, blast s’est lancé dans la couverture d’événements sociétaux live, « véritable plus-value éditoriale », comme le soulignent de concert Serge Faubert, grand reporter, et Antoine Etcheto, JRI, qui ont tous deux couvert en direct, en mars la Marche pour le climat et le défilé parisien du 1er mai. Avec pour outils, outre leur œil expert et leurs caméras, les TVU One de TVU Networks.

Avec TVU One & Producer

Jeune média, blast se démarque dès ses débuts, notamment sur comment couvrir les événements en direct. « Il s’agit d’apporter un autre regard, souligne Antoine Etcheto, de montrer un événement en entier, de l’intérieur, de le commenter et de l’expliquer in situ, rencontrer et interviewer ses acteurs… Bref le contextualiser. » Cette « plus-value apportée à l’info » poursuit Serge Faubert, « a besoin de moyens légers, fiables, et peu coûteux pour la jeune structure que nous sommes, c’est pourquoi nous avons fait ces galops d’essai en louant ces unités TVU One chez Magic Hour et avons pu apprécier tout le potentiel de ce dispositif.

D’un unique TVU One pour la Marche pour le climat, « nous sommes passés à deux TVU pour le défilé du 1er mai commutés en direct à l’aide de TVU Producer : on appuie sur un bouton, on est connecté sans se soucier des aspects techniques. Cela nous ouvre aussi de nouvelles perspectives éditoriales : l’ajout d’un plateau animé d’un journaliste et de témoins experts, alternant actualité chaude de terrain et apport de commentaires et réflexions en plateau. » 
En attendant, les prochains live de blast, un petit détour s’impose par sa chaîne YouTube avec des sujets qui aident à décrypter et mieux comprendre notre société, mais aussi ses dérives.