Workflows high-end : Ici tout commence, une postproduction unifiée

Studios Post & Prod, filiale de Newen en charge de la postproduction de Demain nous appartient et Ici tout commence a opté pour un site unique à Sète….

1er juillet dernier, en pleine crise post-covid, s’affaire masquée une centaine de personnes au château de Calvière dans l’arrière-pays nîmois (Gard), lieu de tournage de la nouvelle série quotidienne de TF1, Ici tout commence (ITC) prévue à l’antenne 4 mois plus tard, le 2 novembre 2020. Nous sommes à 24 jours du début du tournage où une trentaine de comédiens rejoindra le plateau en décor naturel et ses quelque 130 techniciens…

Pendant ce temps, à 70 km du château de Calvières, au cœur de Sète dans un ancien domaine viticole transformé en 8000 m2 de studios, bureaux de production et site de postproduction, les techniciens de Studios Post & Prod (Newen) et les équipes de Magic Hour sont à pied d’œuvre. Objectif : déployer le workflow matériel qui vient compléter l’existant mis en place depuis 2017 pour la fabrication de la série « mère » d’ITCDemain nous appartient

Mutualisation des moyens

Produites par Tefrance (groupe Telfrance, filiale de Newen) DNA et ITC ont beaucoup en commun : des ponts narratifs, des personnages…, « il était bien naturel de mutualiser les outils de postproduction, » souligne Olivier Bechat, directeur général de Studios Post & Prod. « Magic Hour en tant qu’intégrateur-ingénieur-conseil a eu pour mission d’étendre le parc de stations existant (ingest, montage, étalonnage, montage son, PAD…), de doubler les capacités de stockage des serveurs d’archivage et de backup, et doubler également le stockage et la bande passante du serveur de production Avid Nexis, désormais d’une capacité totale de 480 To. »

La tâche n’en est pas moins techniquement complexe comme le souligne François Lefebvre, architecte solutions chez Magic Hour « L’étude précise des spécifications, du cahier des charges, et l’ingénierie système déployée permet in fine de tirer le meilleur parti des matériels pour 480 To bruts dédiés à l’on-line sur réseau 10 GbE. Il s’est part ailleurs agi de travailler malgré les contingences forcées engendrées par la crise sanitaire pour livrer un workflow opérationnel dix jours avant le tournage de la nouvelle série, et ce, sans entraver la postproduction de Demain nous appartient»

Artistique & narration moderne

Ici tout commence, c’est aussi un parti-pris narratif et artistique. Benjamin Minet, directeur artistique de la postproduction sur DNA et ITC, nous résume les choix insufflés par les producteurs Vincent Meslet et Sarah Fahramand : « une écriture contemporaine, des thèmes actuels, moins de censure dans les dialogues, des histoires d’amour mâtinées d’enjeux de réussite et de passion, dans l’univers d’une école de cuisine exigeante ou se mêlent des personnages aux parcours singuliers et issus de tous milieux. » Bref, tous les ingrédients pour tenir chaque jour un public en haleine.

Pour ITC, quotidienne de qualité fiction, l’image se veut en adéquation avec la fibre haut de gamme voulue par la chaîne : ultra qualitative par la bande son, mais aussi par le travail de la lumière et le rendu grâce à des optiques au « look » cinéma. Pour parvenir à ce résultat, la production et les chefs opérateurs ont fait le choix de tourner à l’aide de caméras Arri, Alexa Mini et Amira. D’une part pour l’électronique des deux caméras largement éprouvées sur les plateaux, mais aussi et surtout, pour le capteur CMOS 35 et la gestion de 14 diaph de dynamique. Ceux-ci permettant à la prise de vue une souplesse quasi inégalée de gestion des basses et hautes lumières.

Et si DNA et ITC sont tournées en Arri, les choix d’optiques diffèrent pour chacune malgré leur proximité colorimétrique : de la série Panchro Cooke, qui assure un aspect « new vintage » avec une propension au flare sur ITC, et la série Cooke S4 utilisée sur DNA. « En termes de rendu, il fut fixé de donner un aspect plus organique à l’image d’Ici tout commence, mettant à la fois en valeur le site et la patine du château de Calvière à travers les teintes chaudes des décors naturels, l’ensemble associé à la douceur de la Panchro Cooke, » résument de concert Benjamin Minet et Franck Misserey, directeur technique en charge des moyens techniques de DNA et ITC. Sur les deux séries sont ainsi privilégiées les focales fixes, « un zoom 85-300 Fujinon très neutre et passe-partout est néanmoins utilisé dans de rares cas sur ITC et DNA, » souligne Franck Misserey…

Si l’image est particulièrement soignée, les partis-pris artistiques musicaux n’ont eux aussi pas dérogé à la règle de l’exigence : « ITC, ce sont aussi 20 minutes de thème musical original composées chaque mois visant à renforcer les scènes à fort potentiel dramatique, complète Benjamin Minet.

Logique industrielle US

Sur le site de Sète de Studios Post & Prod, le rythme est soutenu. Olivier Béchat fait le calcul : « 2×260 épisodes par an, une heure de PAD par jour, entre 2 et 3 semaines de programmation d’avance pour les deux séries… », l’extension matérielle et l’upgrade majeure mises en place depuis juillet 2020 ont ainsi pris tout leur sens : « nous gagnons 20 % sur le temps grâce à cette mutualisation de moyens, et sommes assurés de faire travailler simultanément de manière fiable et robuste la trentaine de postes dédiée à chacune des étapes de fabrication. »

Cinetwork, le Big Data au service de tous

En amont, la mécanique est bien huilée : un pool de 25 scénaristes conduit par un showrunner vient enrichir l’histoire naissante d’ITC, jour après jour, à destination des 3 équipes de tournage de la série.

Et pour synchroniser tous les maillons de la chaîne de création, de l’écriture aux décors, des plannings aux feuilles de services, etc., les données de production de Demain nous appartient et Ici tout commence, sont gérées d’une main de maître par la plateforme Cinetwork développée par Telfrance. « Un outil indispensable et ultra performant qui contribue aux besoins d’information de tous les postes sans exception, » précise Dominique Buovac, directeur technique postproduction et directeur des opérations sur le site de Sète.

Basé sur le Big Data, Cinetwork permet d’extraire toutes données relatives aux productions, sortir des statistiques détaillées… « Au point de comptabiliser les utilisations de décors par scène et par épisode, éditer les temps d’apparition de chaque comédien, visualiser les dailies, les épisodes montés, les premières versions de validation en lien direct avec Avid Interplay Media Central Production Management. »

 


Nos dernières actualités

Diamant Film Restoration